Dessin n° 28: Spring et un livre

Voici donc le dessin printanier dont j’avais parlé il y a déjà assez  longtemps:

printemps.jpeg

J’y ai donc dessiné une famille se promenant dans un espace naturel. La petite fille touche un arbre et regarde les feuilles qui lui ont poussé, son petit frère contemple une fleur et les parents parlent en regardant le paysage.

En ce moment il y a une manifestation dans la rue à cause d’une Loi du travail et ça fait vraiment une tonne de bruit, on ne voit même pas la fin de la file de gens marchant dans la rue!

Hier soir j’ai terminé le roman « L’île au trésor » dont je vais parler tout de suite!

L’île au trésor de R.L Stevenon

Image (10)

Auteur: Robert Louis Stevenson

Nombre de Page: 217

Collection:Classiques

Maison d’édition:Le livre de Poche

Première date de publication:1886

Traduit de:l’anglais

Point de vue:interne (Jim et le docteur Livesey)

 

Resumé: Le jeune Jim Hawkins, d’une quinzaine d’années, aide ses parents à diriger l’auberge qui se nomme l’Amiral-Benbow. Un jour un marin arrive et demande à Jim de le prévenir lorsqu’un pirate avec une jambe de bois arriverait. Mais le marin meurt à cause d’une maladie et Jim prend dans son coffre un bout de parchemin. Des pirates arrivent et veulent piller l’auberge, alors Jim et sa mère (son père était mort récemment de fatigue et de maladie) sont contraints de quitter l’Amiral-Benbow. Ils rejoignent le dr Livesey, un ami de la famille Hawkins.Alors Jim découvre que le parchemin est une carte au trésor et décide de partir le chercher avec l’aide du dr Livesey et de quelques autres personnes.           Un soir, sur le navire, l’adolescent apprend qu’il y a des pirates à bord, menés par un unijambiste, Long John Silver.Alors le garçon et ses amis feront tout pour empêcher les pirates de mettre a main sur le trésor…

Mon avis: J’ai adoré l’histoire! C’était bien écrit même si certains passages m’ennuyaient légèrement. J’ai bien aimé comment la narration est menée dans le roman. J’ai vraiment apprécié les héros même si à quelques moments Jim l’adolescent ressemble à un homme sans pitié: « …vous voudrez bien me considérer comme votre capitaine jusqu’à nouvel ordre. » et:  » Les morts ne mordent pas, vous le savez, dis-je avec un ricanement« . J’ai bien aimé la relation un peu paternel entre Jim et le docteur et de Jim et de Silver. Je ne sais pas pourquoi mais souvent dans les romans et aussi les films j’apprécie les méchants. Dans la saga de livres « Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire » j’avais parfois un peu de la peine pour le comte Olaf (le méchant de l’histoire). Dans Phantom Boy, un film d’animation sorti au cinéma depuis peu, j’étais parfois triste pour l’Homme au visage cassé.

Bref, en tout cas je préfère cette histoire à Robinson Crusoé.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s