Les Marvels de Brian Selznick

Comme je l’ai dit plus tôt dans la journée en publiant ma dernière peinture je voulais vous parler de ce roman graphique lu cette semaine, Les Marvels. J’ai déjà lu deux autres livres graphiques du même auteur, Hugo Cabret d’abord (j’ai vu le film de Martin Scorsese qui en est tiré) , puis Black Out ensuite (le film Le musée des Merveilles qui est sorti récemment en est l’adaptation mais je ne l’ai pas vu). Je savais donc à quoi m’attendre en lisant ce roman, c’est-à-dire qu’une grande partie de l’histoire est racontée en dessins. pourtant contrairement aux deux autres où l’écriture alterne régulièrement avec le dessin, on a ici les quatre cents premières pages environ en dessin, puis le reste en écriture à part la dernière scène.

marvelous.jpg

la couverture française est la même

Resumé: En juin 1766 le bateau nommé le Kraken périt lors d’une représentation théâtrale sur le pont. Le seul survivant est un petit garçon, Billy Marvel, qui à Londres deviendra comédien. On assistera ensuite à la vie de ses descendants jusqu’en 1900. Puis en hiver 1990 c’est le jeune Joseph Jervis qu’on suit. Il s’est échappé de son pensionnat et trouve refuge chez son oncle, qui est passionné par la famille des Marvels. Joseph va donc décider d’en savoir plus sur eux, étant certain qu’il est leur descendant.

Mon avis:  Les dessins se regardent extrêmement vite mais sont beaux, réussis et détaillés. Les coupures de journaux dessinées sont utiles car elles nous permettent de mieux comprendre certains évènements. J’aime aussi le style de l’auteur, en particulier lors des dialogues. L’histoire était intéressante et aborde toute sorte de sujets tels que l’imagination, le deuil, l’amitié et l’homosexualité. Selznick arrive bien à donner un côté mystérieux au lieu dans lequel se déroule l’histoire, ce qui est une autre différence avec les deux autres romans graphiques de l’auteur: on était plus dans la maison qu’à d’autres endroits, alors que dans Hugo Cabret par exemple, il est souvent dans la gare, chez son ami, au cinéma, à pleins d’endroits. J’ai aussi aimé les références à des livres comme Narnia ou des livres de Roald Dahl. Mais il y a un élément qui ne sera jamais résolu dans tout le livre ce qui est un peu dommage même si ce n’était pas très important. Les personnages m’ont plu, en particulier Florent, le cocher français amusant et gentil avec tout le monde, et Albert, qui n’a que 36 ans mais que j’imaginais plus vieux, comme si c’était le grand-père de Joseph: il est gentil et a beaucoup d’imagination. En revanche Joseph était parfois trop curieux et abusait de la confiance de son oncle. Quant à Frankie, je trouvais ce personnage au début très désagréable et mal élévée mais qui devient meilleure au fil du livre et qui m’a fait penser à l’amie d’Hugo Cabret. Par contre, il y a une révélation faite par Albert après que Joseph et Frankie aient interrogé l’homme du théâtre qui ne plaira peut-être pas à tout le monde, mais elle ne m’a pas spécialement gênée, c’était presque mieux que ce que Joseph imaginait avant.

Les Marvels est donc un très bon roman graphique que je conseille et que j’ai trouvé presque mieux que mes deux livres précédents du même auteur. Si vous l’avez lu, vous pouvez me donner votre avis du livre dans les commentaires. 🙂

4 réflexions sur “Les Marvels de Brian Selznick

Répondre à hermioneecrivaine Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s