Sans famille d’Hector Malot

Dans une librairie je suis tombée sur la version complète de Sans Famille; (et bien que la couverture d’une version abrégée me plaise plus que la couverture du film) je l’ai  acheté. Voici mon avis sur ce roman bien connu qui a donné un dessin animé et un film.

Sans famille retrace les aventures du jeune Rémi, huit ans, qui découvre du jour au lendemain que ses parents l’ont trouvé et recueilli, le père espérant gagner une récompense. Mais, sans argent,  il décide de le conduire à l’orphelinat. Par bonheur en entendant ces mots un vieil homme propose de louer Rémi et de le faire travailler dans sa troupe. Et voilà Rémi parti avec Vitalis pour découvrir la France, l’Angleterre, la Suisse et peut-être bien sa vraie famille…

 

booknode.jpg

crédit photo: booknode

Le style de l’auteur est fluide et agréable à lire, peut-être  parce qu’il a allégé son roman après la première publication. Hector Malot place le cadre spatio-temporel sans trop de descriptions mais avec suffisamment de détails pour qu’on puisse clairement imaginer la scène. L’auteur est très précis en ce qui  concerne le trajet de Rémi ce qui donne l’occasion d’entendre parler de villages français peu connus tels que Frontignan et son style m’a fait parfois songer à celui de Jules Verne (je pense notamment aux chapitres dans la mine).

Les aventures que vit Rémi sont tristes pour un enfant de son âge, et c’est pourquoi les enfants de 5-8 ans qui regardent le dessin animé le trouvent trop triste. Rémi se sent sans cesse abandonné et mis à l’écart, il ne peux jamais rester longtemps avec ceux qui l’aiment, deux fois il va en prison, il se retrouve coincé dans une mine, rencontre des hommes violents ou voleurs et encore bien d’autres choses. On se sent plein d’empathie pour ce pauvre garçon qui n’a même pas dix ans au début de l’histoire.

Vitalis est un personnage exceptionnel que j’aurais aimé voir en compagnie de Rémi plus longtemps: sage, drôle, attentionné, l’italien est un père de substitution pour le héros. Mattia est un ami plus fidèle que ce à quoi je m’attendais étant donné l’endroit où il a vécu et c’était un plaisir de le voir s’attacher à Rémi. Les Millingan sont des personnages également sympathiques mais je trouve qu’on les voie trop peu pour les apprécier assez. La fin m’a satisfaite et fait plaisir.

J’ai également beaucoup apprécié ce que disent Rémi, Vitalis et Mme Barberin (les porte-paroles de l’auteur sur ce point) des animaux; ce qui est très surprenant pour un roman du XIXe siècle.

« car il ne faut pas s’imaginer que la vache est une bête stupide, au contraire c’est un animal plein d’intelligences et de qualités morales« 

« Je fus bien surpris alors de voir la patience et la douceur de notre maître. Ce n’était point ainsi qu’on traitait les bêtes dans mon village, où les jurons et les coups étaient les seuls procédés d’éducation qu’on employât à leur égard. »

« Capi donna un coup de pattes à son camarade et une discussion sembla s’engager entre eux. Qu’on ne trouve pas le mot « discussion » impropre par ce qu’il est appliqué aux bêtes. Il est bien certain, en effet, que les bêtes ont un langage particulier à chaque espèce. Si vous avez habité une maison aux fenêtres de laquelle les hirondelles suspendent leurs nids, vous êtes assurément convaincu que ces oiseaux ne sifflent pas simplement un petit air de musique alors qu’au jour naissant elles jacassent si vivement entre elles. Et les fourmis d’une même tribu, lorsqu’elles se rencontrent et se frottent antennes contre antennes, que croyez-vous qu’elles fassent, si vous n’admettez pas  qu’elles se communiquent ce qui les intéressent?« 

Ce respect envers les animaux m’a plu et surprise à la fois et c’est un des nombreux autres points positifs qui m’a fait aimer Sans famille. Je vous recommande à tous ce classique et je lirais peut-être En famille, un autre livre de Malot qui n’a aucun rapport avec Rémi.  😉

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s